La magie et la sorcellerie.

La Magie est l'art d'agir sur les forces occultes, que ce soit pour nuire à un ennemi ou au contraire pour protéger ou guérir ceux qui sont atteints par des puissances maléfiques.Dans le premier cas, on parle généralement de magie noire ou de sorcellerie, et dans le second, on parle de magie blanche.
La Corse désigne par le terme de Ochju (oeil) les forces occultes dont un individu est victime.Conséquences de sentiments troubles tels que la jalousie ou l'envie. Il est atteint du mauvais oeil (innochjatu) et doit faire appel à celui ou celle qui possède le pouvoir de le "chasser", ou de le "briser".
Seuls le signatore et la signatora sont capables d'exorciser ce mal, par des techniques appropriées, qu'ils ont acquises par initiation.
La transmission se faisait autrefois en famille , et en génération alternée :de grands-parents en petits-enfants.
Si l'on dévoile les prières ("e prigantule") du rituel, ou si on les transmet hors de la date voulue, le pouvoir est perdu.
Cette date est dans toute la Corse, celle de la nuit de Noël.Dans certains endroits, on étend la période de transmission aux septs derniers jours de l'année (de Noël au jour de l'An). Les dons de la signatora ne se limitent pas à conjurer le mauvais oeil, ils soignent aussi certaines maladies auxquelles on n'attribue pas de causes magiques : piqûres d'insectes par exemple.
Le theme de la magie et de la sorcellerie est corollaire à celui de la médecine populaire, l'un et l'autre entretenant souvent des rapports étroits dans la tradition.



La procession.

Les cérémonies de la semaine sainte sont prises en main par les confréries, ou quand elles n'éxistent plus, par les laïcs qui perpétuent les traditions.Le clergé lui, est pratiquement absent de ces rites.
Confréries masculines et féminines conduisent les processions, qui diffèrent du Nord au Sud.
Au Nord, ce sont "a cerca", "a parata", et "a granitula".
Dans le Sud ,elles portent le nom de "casci" et de "catenacciu".
La cerca est une procession rurale qui emprunte les sentiers du village sans jamais se rejoindre.Les confréries exhibent le "grand palme" (pullezzula) qui exige une grande préparation.
A parata a lieu le soir du Vendredi saint .Les maisons et les ruelles sont illuminées par des bougies posées sur le rebord des fenêtres et les murettes. Contrairement à la cerca, a parata se fait entre deux villages qui se visitent réciproquement. Le village visité se range le long des murs et forme ainsi deux haies entre lesquelles s'infiltre la procession du village visiteur.
La granitula achève souvent la parata. C'est une procession en spirale effectuée par les confréries.
Le catenacciu est la reconstitution du chemin de croix que fit le Christ pendant la passion; le catenacciu est littéralement "le porteur de chaînes". Il représente le Christ; habillé et cagoulé de rouge, son identité est strictement secrète; il est entouré de neuf compagnons habillés et cagoulés de noir.
Ces rites traditionnels sont accompagnés de chants aux tonalités très anciennes.





Retour